Autogire & Trike

Ce matin Guido propose de me faire essayer l’autogire.


Après avoir promené 3 personnes pour  un baptême de l’air en ulm, il me propose donc de monter sur le trike avec son ami Lucas et de nous rejoindre sur la grande piste où il va poser l’autogire.


Je dois dire que ce drôle d’ultra léger m’impressionne.


Il m’assure qu’il est très facile à piloter et je prends place à l’arrière avec la double commande pour ressentir un peu les impressions procurées par cet engin.


Comme pour un multiaxes, les commandes sont inversées par rapport à l’ulm pendulaire. C’est vraiment fun de voler dans cet espace.
Très impressionnantes les facultés de cet engin.


D’abord sa vitesse qui dépasse les 100 km/heure, ensuite les virages avec une inclinaison incroyable qui vous font croire que c’est certain à une telle inclinaison on va décrocher ;o)… Guido suit les méandres de la rivière.

Photos Guido Scheidt  (Flying Crocodile - www.flying-crocodile.com
Photos Guido Scheidt (Flying Crocodile - www.flying-crocodile.com


C’est super vraiment cette manière de prendre le virages et aussi le fait de ne rien avoir au dessus de la tête.


Je suis réellement impressionnée des capacités de cet appareil, scotchée dans tous les sens du terme, aussi bien en étonnement que physiquement scotchée dans mon siège dont j’apprécie pour la première fois le harnais rassurant !!!


On fait un virage à 360° en l’air en station sans bouger quasiment en faisant du sur place et le posé est très très doux, un peu à la façon d’un d’hélicoptère.


Pendant ce temps Lucas est repartit en trike au Flying Croco et a proposé à Patrick de faire un petit tour avec lui. Sympa ! C’est son baptême de l’air en Ulm !


Marrant de se croiser dans le ciel ! dommage, je n’ai pas d’appareil photo pour immortaliser ce moment par contre lui a pris la petite caméra et il nous filme.

Photos Guido Scheidt  (Flying Crocodile - www.flying-crocodile.com
Photos Guido Scheidt (Flying Crocodile - www.flying-crocodile.com

Il pleut ce matin et mon entraînement est reporté à plus tard.


On mange une crêpe tous ensemble et on discute en attendant l’accalmie qui ne viendra en fait qu’en fin d’après midi.

Guido en profite pour me donner quelques paramètres pour préparer notre intégration sur le terrain et notre approche de la piste de Carillo où nous allons cette fois atterrir..


Ces informations sur le sens d’approche, la vitesse verticale à respecter, la mise en puissance de l’appareil… me permettrons de mieux réagir en vol.


Parfois la compréhension de la traduction en anglais des informations m’embrouille un peu.


Cette fois nous décollons de la petite piste entre les deux hôtels ;o)


Direction : la côte.

Comme hier, je survole tranquillement la plage en épousant ses courbes.

 

Déjà le rayon de soleil furtif du départ à disparu mais le paysage reste grandiose. On suit la belle plage de Carillo et ses palmiers et je reconnais le petit pont qui en marque la fin.

 

Quelques secondes plus tard j’aperçois  la piste et j’effectue l’approche telle qu’on l’a vu ensemble le matin même sur le papier. Je me place bien dans l’axe et commence à réduire les gaz. Mon approche n’est pas mal du tout pour un premier essai et compte tenu d’un vent de travers assez embêtant. Je suis super concentrée. Guido me donne ses consignes pour réaliser le bon mouvement au bon moment. Nous reprenons cet exercice 5 fois.


Entre temps pendant que je fais ma boucle,  je m’efforce de respecter scrupuleusement les valeurs évoquées ce matin. 6300 au décollage puis réduire à 6000 RPM pour arriver à maintenir en vitesse de croisière à 1000 ft à 5000/5200 RPM. Avec un peu d’attention et d’anticipation j’y arrive et j’arrive aussi à moins regarder les compteurs pour profiter du paysage. Les tours suivants sont à 700 ft et les atterrissages se précisent mais sont tous différents.

 

J’adore les atterrissages, ça me demande une concentration maxi mais j’adore, je trouve cela motivant, captivant, intéressant, étonnant…..

 

Jusqu’au dernier moment je me demande si je ne vais pas être trop à droite, trop à gauche, trop courte, trop si trop ça… je me concentre bien sur la piste, son axe, le mouvement. Ca me parait mieux en tout cas tellement mieux que mes premiers essais. Entre chaque phase de décollage et atterrissage on refait un point sur ce que je pourrais améliorer.

Vendredi 4 juillet 2008
Durée du vol  : 1 h 10 mn

(autogire 25 mn)

 

Total Formation au Costa Rica :
2 h 25


Écrire commentaire

Commentaires: 0