La haut à 3500 m culmine la surprenante LA PAZ

Vue générale de la ville de La Paz Bolivia
La Paz (ou Notre Dame de La Paz)

 

 

Nous voilà dans la capitale la plus haute du monde (entre 3 000 et 4 000 mètres selon les quartiers).

 

La Paz, si turbulente, un choc quand on vient d’un endroit calme, d'un pays vert et ordonné.

 

La Paz, sa circulation anarchique et son air pollué.

La Paz, belle et rebelle, n’est pas une ville que l’on pourrait présenter un micro à la main depuis un bus touristique à deux étages.

La Paz, se mérite. Le souffle court,  on l’arpente à pied, en long, en large et en travers.

 

 

 

 

 

Ici, l’automobile est reine.  taxis, microbus ou  vieux Dodge fumants circulent  autour des piétons  dans un brouhaha impressionnant.

 

Une mixité humaine nullement perturbée : des hommes d’affaires en costume-cravate s'engouffrent dans des taxis, de jeunes étudiants flânent une glace à la main, des vendeurs ambulants vous attirent dans un coin en chuchotant « fossiles, fossiles », des femmes habillées à la mode occidentale croisent d'autres femmes vêtues du costume traditionnel des Andes, le chapeau melon sur la tête et le portable à l’oreille.

 

 

Eglise San Francisco, La Paz, Bolivie (vue plongeante)
Eglise de San Francisco

Idem pour l'architecture, où le bâtiment commercial et le résidentiel se côtoient sans style imposé.

 

Après le Marché aux sorcières, nous rejoignons la place Diego-Murillo pour profiter à la fois du soleil et de la multitude de pigeons que la foule d’enfants — et d’adultes — s’empressent de nourrir et de pourchasser, sous le regard de Villaroel, président statufié ici après sa pendaison en 1946

 

 

À côté, l’imposante cathédrale  n’a pas l’air de prendre ombrage du péché des fidèles de la place qui, à cette heure, préfèrent succomber aux charmes des vendeurs de glaces plutôt qu’aller se recueillir. 

En plein centre de La Paz, l'église San Francisco demeure l'un des plus beaux édifices coloniaux de la ville.

 

 

 

 

 

La Paz insolite

Une mention spéciale à cet artisan-artiste "equivocatemente crazy" à qui je décernerais la palme de l'art déjanté de la ville !

La Paz gourmande

 

Changement d'ambiance en soirée. Nous prenons un taxi pour nous rendre dans un quartier résidentiel huppé mélangeant immeubles et demeures coloniales. A nouveau surprise et contraste avec l’agitation du centre de La Paz. C’est ici parait-il qu’il faut venir le soir pour boire un verre dans un bar branché ou dîner dans l’un des meilleurs restaurants de la ville.


Banco ! je crois que je viens d'y dénicher le meilleur restaurant de ma vie : il s'appelle le Gustu. Tout est tellement original et de bon goût.
Juste, "à tomber" ! Indescriptible ! rapport qualité-prix imbattable ! la Cuisine dans son excellence et sa créativité  absolue !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0